Retour en haut
Nous contacter Suivez-nous

Dossier d'électronique

Le protocole : DMX512

Dossier réalisé par Alain Borgne

Avant de commencer une explication sur la structure du protocole DMX512, je pars du principe que le lecteur a quelques connaissances des mots bits et octets qui sont le fondement de tout système utilisant des processeurs.

Les bits dans le DMX sont aussi représentés par des états hauts (HI) ou des états bas (LO). Actuellement le DMX transmet ces états hauts et bas sous forme de signaux électriques qui seront décrits ultérieurement.

Le flot de données DMX est émis à 250Khz ce qui signifie que chaque bit à une "largeur" de 4 microsecondes.

Le mode IDLE : en l'absence d'un signal DMX valide la sortie DMX sera maintenu à l'état haut.

BREAK

Le début d'une trame DMX est annoncé par la mise à l'état bas de la sortie pour une période MINIMALE de 88 microsecondes. Cela signifie que l'on mesure 22 bits se suivant à l'état bas .Ce début de trame est appelé BREAK. Le break peut être plus long, jusqu'à une seconde. Par expérience je règle ce break entre 90 et 120 micro secondes, les récepteurs travaillent suivant un algorithme du style : break>88 microsecondes.

MARK AFTER BREAK (MAB)

Le MAB  suit immédiatement le BREAK, ce qui consiste à mettre la sortie à l'état haut pour une durée de 8 microsecondes. A l'origine, le MAB était défini à 4 microsecondes mais certains récepteurs n'arrivaient pas à traiter des délais aussi courts, il fut donc décidé de fixer ce temps à 8 microsecondes (DMX512 (1990) Certains récepteurs ont encore quelques difficultés avec des délais aussi courts, dans la pratique un MAB de 12 microsecondes semble un bon compromis.

START CODE (SC)

Le start code SC suit immédiatement, c'est le premier octet de la trame, on peut le présenter comme étant une donnée pour le canal No 0 qui est un canal inexistant.
La valeur du start code est toujours 0. Parfois d'autres valeurs sont utilisées, mais ce ne sont pas des valeurs standard et on sort du cadre de cette information. 

On peut maintenant envoyer les 512 octets qui constitue les données valides de la trame DMX , chaque octet représente la valeur d'un canal de 0 à 255.

MARK TIME BETWEEN FRAMES (MTBF)

Le MTBF c'est le temps entre chaque octet, il peut varier de 0 à 1 seconde, mais le plus court est le mieux. Le MTBF est évidement un état haut.

CHANNEL DATA (CD)

la trame CD suit  l'octet SC  de façon logique de 1 à 512 (ou moins).

MARK TIME BETWEEN PACKETS (MTBP)

Le MTBP  peut être inséré entre chaque trame de 512 octet. C'est évidemment un état haut, et il peut varier de 0 à 1 seconde. Il n'y à pas de valeur typique fixé par le protocole !

Le concept le plus intéressant dans le protocole DMX est qu'il n'y à pas besoin d'envoyer le numéro du canal avec la valeur de ce canal en effet :
Le premier octet qui suit le STARTCODE (qui est toujours 0) est automatiquement pris comme valeur du canal 1, l'octet suivant comme valeur pour le canal 2 etc.
C'est pourquoi les récepteurs "intelligent", gradateurs, projecteurs, ou autres peuvent les décoder. Un compteur est mis à zéro à la réception d'un break et d'un mab valides le SC étant un octet valide après réception le compteur devient 1 ce qui indique au programme du récepteur que le prochain octet contient la donnée pour le canal 1.Le récepteur connaît donc toujours à quel canal la donnée en cours est destinée. Cela signifie que si vous programmez l'adresse 6 sur un gradateurs 12 circuits par exemple ce gradateurs prendra bien en compte les canaux qui lui sont destinés et pas d'autres.
Cela explique aussi pourquoi si une console n'envoie que 128 canaux, le récepteur branché sur cette console fonctionnera quand même dans la plage d'adresse 1 à 128 - nombre de canaux gérés par le récepteur.

 



Réagir sur ce dossier d'électronique

A lire aussi

Actualité électronique

Suivez-nous !

©2001-2019 lelectronique.com par Tours'nCréa - Tous droits de reproduction et de représentation réservés

Partenaires : Choisir aspirateur | Jeremy Express Plomberie Paris