Retour en haut

Actualité électronique

PARTARGER CET ARTICLE :

Schneider fait état d'un exercice 2006 solide

21/02/2007 18h49, par L'Usine Nouvelle

Schneider publie une marge opérationnelle de 14,6% en 2006 et relève ses prévisions de croissance organique et de marge pour la période 2007-2008, comme attendu par les analystes.

Dans un communiqué, le spécialiste de la construction électrique et des automatismes a indiqué qu'il visait désormais pour la période 2007-2008 une croissance organique supérieure à 6% et une marge d'Ebita comprise entre 13% et 15%, sur une base pro forma 2006 incluant American Power Construction (APC) (soit un Ebita de 13,7%).

Auparavant, dans le cadre de son plan d'entreprise "new2", le groupe tablait sur une croissance organique supérieure à 5% et sur une marge opérationnelle comprise entre 12,5% et 14,5%.

"Le relèvement des objectifs du plan 'new2' constitue le point essentiel de cette publication", a déclaré Arnaud Schmidt, analyste chez Natexis Bleichroeder, tout en soulignant des "indications un peu mieux que prévu".

Gabriel Hors, analyste chez CM-CIC, a pour sa part fait état de "bons résultats 2006" et d'une "succession de bonnes nouvelles".

Vers 9h20, le titre recule toutefois de 1,52% à 95,35 euros, pendant que le CAC 40 gagne 0,23%.

En 2006, le résultat d'exploitation de Schneider a progressé de 27,9% à 2.001 millions d'euros (+21% hors effets de périmètre et de change), son résultat net de 32% à 1.309 millions et son chiffre d'affaires (publié le 14 février) de 17,6% à 13.730 millions (+10,7% en organique).

Les analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un résultat d'exploitation de 1.995 millions d'euros et un bénéfice net de 1.290 millions.

"Nous ne sommes qu'à mi-chemin de notre programme d'entreprise 'new2' et nous sommes très confiants dans notre capacité à poursuivre l'amélioration de nos performances dès 2007 et à atteindre des objectifs plus ambitieux", a déclaré Jean-Pascal Tricoire, président du directoire de Schneider, cité dans le communiqué.

Schneider a également indiqué qu'il visait pour la même période une augmentation du retour sur capitaux employés de 2 points (par rapport au pro forma 2006 incluant APC, soit un ROCE de 9,3%).

Le groupe a en outre annoncé qu'il lancerait une augmentation de capital de un milliard d'euros avec droit préférentiel de souscription et non de 1,2 milliard comme annoncé dans un premier temps, "compte tenu du niveau élevé de l'autofinancement libre généré en 2006" (+30% à 1.107 millions d'euros).

GAINS DE PRODUCTIVITE

Pour expliquer la hausse de son résultat d'exploitation, le groupe a évoqué "un fort effet volume", et "une solide capacité à augmenter ses prix de vente, avec une hausse de 141 millions d'euros soit 1,2% du chiffre d'affaires, permettant de compenser la majeure partie de l'inflation des coûts de matières premières de 227 millions d'euros".

"Les plans d'efficacité permettent cette année encore de réaliser d'importants gains de productivité industrielle : à 307 millions d'euros, ils représentent 4,5% du coût des ventes de produits, tirées par les économies provenant des achats et du rééquilibrage géographique de la production", a également indiqué le groupe.

L'ensemble des zones géographiques et des activités affichent en outre "une nette progression de leur résultat d'exploitation", a en outre souligné Schneider.

Dans le cadre de son plan "new2", le groupe souhaite notamment renforcer ses positions dans les pays émergents (31% du chiffre d'affaires 2006 contre 18% en 2001).

APC, dont l'acquisition a été finalisée le 14 février, a par ailleurs vu au 4e trimestre son chiffre d'affaires progresser de 24% à 718 millions de dollars et son résultat opérationnel de 86% à 65 millions de dollars.
Schneider proposera au titre de l'exercice écoulé un dividende en hausse de 33% à 3 euros par action.
Dans un document diffusé avant une réunion avec les analystes, le groupe a également indiqué qu'il visait un taux de distribution du dividende d'environ 50%, comme en 2006.

Au 31 décembre 2006, l'endettement net du groupe a atteint 1.835 millions d'euros, contre 1.762 millions un an plus tôt.

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique