Retour en haut

Actualité électronique

PARTARGER CET ARTICLE :

Le robot sait aussi réaliser des échographies

12/04/2007 07h53, par News.fr

Un dispositif robotisé permet d'effectuer des examens par ultrasons à distance. Le principe a été mis au point par une société française spécialisée, et semble promis à un bel avenir.

Son nom de fille lui permettra peut-être de rassurer ses prochains patients et de se faire accepter plus facilement. Estele, avec un seul L, est le premier robot de télé-échographie au monde. Mis au point par Robosoft, l'une des rares entreprises françaises spécialisées en robotique, le système se présente comme une sorte de guidon léger et portable. Doté de bras robotisés et d'une sonde à ultrasons, il est complété par un dispositif de téléconférence.

L'ensemble permet au praticien d'effectuer une échographie sans être dans la même pièce que la personne à examiner. Un opérateur place le bras robotisé à proximité de la patiente, charge au médecin de piloter la sonde à distance, à l'aide d'un joystick. Comme pour une consultation classique, les images échographiques s'affichent en temps réel. Une communication audio et vidéo permanente est assurée parallèlement avec la patiente. Et ce, même si elle se trouve à des centaines, voire des milliers de kilomètres du cabinet du médecin.

Ce principe de "télédiagnostic" a déjà été testé avec succès dans plusieurs hôpitaux français, à Amboise, à Tours et à Loches. Il pourrait connaître un beau succès commercial. Des établissements à Toulouse et Marseille seraient déjà « très intéressés ». Comme l'explique Vincent Dupourqué, PDG de Robosoft, le dispositif, proposé « entre 40 et 60 000 euros », « devrait séduire en priorité les hôpitaux et cliniques ne disposant pas de façon permanente de médecins spécialisés en télé-échographie ». « Estele peut également intéresser les pays en voie de développement, où de tels systèmes pourraient apporter immédiatement des compléments de diagnostic très précieux », ajoute-t-il.

Des échographies lunaires

D'autres applications sont envisageables, dans des situations de crise comme des guerres ou des catastrophes naturelles. Ou même dans l'espace ! « Le robot est pressenti pour être embarqué sur la station spatiale internationale en 2009 », assure-t-on chez Robosoft, qui n'exclut pas que Estele puisse « un jour aller sur la Lune », dans le cadre des futurs programmes d'exploration et de bases lunaires permanentes.

L'entreprise, basée au pays Basque, ne cache donc pas ses ambitions. « En 2011, des robots de service, que j'appelle 'Robuters', seront monnaie courante dans la vie de tous les jours, au même titre que le sont les ordinateurs personnels aujourd'hui », prédit Vincent Dupourqué. Rejoignant la vision japonaise selon laquelle « une population vieillissante présente des besoins multiples qui peuvent être assurés par des robots de service en matière de sécurité, de nettoyage, de transport à courte distance », Robosoft entend produire ces "Robuters" pour « faciliter la vie des gens », tout en s'imposant dans le développement de logiciels spécifiques pour ces machines. Avec cette ambition non dissimulée : « Robosoft veut être aux robots ce que Microsoft est aux PC ».

 

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique