Retour en haut
La publicité est notre seule source de revenu.
Si vous appréciez lelectronique.com, désactivez votre bloqueur de pub. Merci à vous ! En savoir plus.

Le portable n'accroît pas le risque de cancer, selon une étude

06/12/2006 17h32, par Reuters

L'utilisation du téléphone portable n'accroît pas les risques de cancer pour son utilisateur, selon une étude menée auprès de plus de 400.000 propriétaires de mobiles au Danemark.

Une équipe de chercheurs a travaillé à partir de données collectées sur l'ensemble de la population danoise, pour conclure que l'utilisation de portable ne pouvait être liée ni à court ni à long terme à un accroissement du risque de développer un cancer, une leucémie, des tumeurs au niveau du cerveau, du système nerveux, des glandes salivaires ou des yeux.

On estime que plus de deux milliards de personnes utilisent un téléphone mobile dans le monde.

"Je crois que les résultats de cette étude sont plutôt rassurants", a déclaré par téléphone Joachim Schuz, directeur de l'étude à l'Institut danois d'épidémiologie du cancer à Copenhague.

Les données utilisées ont permis aux chercheurs de travailler sur un grand nombre d'usagers et de juger des risques sur une période de plusieurs années d'utilisation des téléphones cellulaires.

"Le gros avantage est que l'étude concerne tout le pays", a déclaré Schuz, directeur de cet étude, l'une des plus approfondies à ce jour sur le sujet.

Les téléphones émettent un rayonnement électromagnétique qui peut pénétrer les tissus cérébraux et certains scientifiques ont cherché à déterminer si cela pouvait causer des cancers ou d'autres problèmes de santé.

L'équipe de Schuz a étudié des données concernant 420.095 Danois, 357.553 hommes et 62.542 femmes, qui ont commencé à utiliser un mobile entre 1982 et 1995 et ont continué jusqu'en 2002, soit un recoupement sur près de deux décennies. Les chercheurs ont ensuite comparé ces données avec les incidences en matière de cancer sur la population danoise dans sa totalité.

Un total de 14.249 cancers ont été enregistrés chez des utilisateurs de portables, un chiffre inférieur aux attentes pour ce panel de population, selon l'étude publiée dans la revue "the Journal of the National Cancer Institute".

BULLETIN DE SANTE SATISFAISANT

"Nous n'avons pas pu identifier un quelconque accroissement des risques de quelque cancer que ce soit qui pourrait être lié à l'usage des téléphones cellulaires", a déclaré dans une interview John Boice, épidémiologiste spécialiste du cancer à l'université Vanderbilt, qui a participé à l'étude.

Il a ajouté que le type de radiations observées n'était pas connu pour causer des dommages aux cellules ou à l'ADN. "Il n'y a donc pas de mécanisme biologique qui suggère que même ce type d'exposition puisse provoquer un cancer ou une détérioration de l'ADN", a-t-il dit.

L'étude renforce le consensus au sein d'organismes de santé de référence selon lesquels les combinés n'ont pas d'effet nocif important sur la santé, a déclaré un groupement d'industriels des télécommunications sans fil.

"Une majorité écrasante d'études publiées dans des revues scientifiques autour du globe montre que les téléphones sans fil ne posent pas de problème de santé", a dit Joseph Farren, porte-parole de la CTIA.

Les chercheurs reconnaissent certaines limites à leur travail. Schuz a avoué qu'ils n'avaient pas pu différencier les utilisateurs fréquents et occasionnels, ce qui les a empêché d'établir s'il existait un type de risque accru chez les utilisateurs intensifs.

"Il y a, en fait, un risque à l'utilisation du téléphone portable auquel nous devons tous faire très attention", a ajouté Boice, mais il n'est pas lié au cancer. "C'est l'utilisation du téléphone lorsqu'on conduit une automobile", une pratique qui distrait le conducteur et entraîne des accidents.

L'étude a été financée par la Danish Cancer Society et le Danish Strategic Research Council.

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique

A lire aussi