Retour en haut

Actualité électronique

PARTARGER CET ARTICLE :

Nokia confie le développement de chipsets 3G à STMicro

09/08/2007 07h28, par Actu-Mobiles.fr

Nokia annonce confier le développement des puces de troisième génération (3G) à STMicroelectronics, élargissant sa base de fournisseurs et ouvrant le marché.

Le premier fabricant mondial de téléphones mobiles a précisé que STMicro concevrait et fabriquerait des jeux de processeurs (chipsets) 3G sur la technologie de Nokia, permettant au franco-italien de concurrencer Texas Instruments, Broadcom et Infineon.

Nokia continuera de son côté à développer ses propres modems - les interfaces entre les processeurs et les signaux radios - qui feront ensuite l'objet de licences auprès des fabricants de chipsets, permettant à de nouveaux acteurs d'entrer sur un marché techniquement ardu.

"ST n'avait pas de technologie 3G. Ils récupèrent la technologie 3G de Nokia qu'ils pourront vendre non seulement à Nokia, mais également à d'autres", a souligné Sandeep S. Dehspande, analyste chez JP Morgan.

L'action ST Micro gagne 4,31% à 12,82 euros vers 14h40, ramenant à environ 8% sa baisse depuis le début de l'année, tandis que Nokia prend 2,36% à 22,16 euros.

François Gobron, analyste chez CM-CIC, a expliqué la hausse de ST par le soulagement d'un marché redoutant la perte pure et simple du contrat avec Nokia, principal client de STMicro duquel il a assuré 20% de son chiffre d'affaires au premier semestre.

"L'annonce est positive surtout pour Nokia qui baisse ses coûts de fabrication", a-t-il cependant souligné. "Pour STMicro, la fabrication de puces spécifiques pour Nokia est remplacée par des puces standard qui vont se vendre moins cher. A long terme, il va y avoir une perte de valeur ajoutée pour ST vis-à-vis de Nokia".

Nokia a ajouté qu'environ 200 de ses salariés en Finlande et en Grande-Bretagne seraient transférés chez STMicro au quatrième trimestre...




DIVERSIFICATION DES FOURNISSEURS

Tommi Uhari, chef du pôle mobiles et multimédias de STMicro, a dit à Reuters que le nouveau processeur serait commercialisé à partir du premier semestre 2007.

"C'est une étape naturelle dans nos coopérations, mais plus importante que les étapes précédentes", a-t-il expliqué.

Le finlandais, qui a publié la semaine dernière des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre grâce à la rentabilité de ses téléphones portables, a souligné que cet accord lui permettrait de libérer des ressources de recherche et développement pour d'autres domaines d'activité.

"C'est une décision pragmatique dans un environnement technologique de plus en plus complexe", a dit Niklas Savander, responsable des plates-formes technologiques chez Nokia.

Pour contrebalancer sa dépendance accrue vis-à-vis des fabricants de chipsets, Nokia élargit sa base de fournisseurs. En parallèle à l'accord avec STMicro, Broadcom, l'un de ses fournisseurs actuels, fabriquera désormais pour Nokia des puces EDGE permettant un débit plus élevé que le GSM. Le finlandais compte commencer à livrer des téléphones utilisant le chipset EDDE de Broadcom au second semestre 2008.

L'action Broadcom gagne 4% en avant-Bourse en réaction à cette annonce.

Texas Instruments restera le principal fournisseur de puces 3G et EDGE pour Nokia, alors qu'il était jusqu'à présent le seul. Infineon continuera à fournir des puces GSM à Nokia.

"Nous pensons que cela affectera les marges brutes, actuellement très confortables, de Texas Instruments, désormais concurrencé dans toutes les technologies qu'il fournit à Nokia et non plus dans le seul GSM", écrit Richard Windsor, analyste chez Nomura Securities, dans une note.

Selon les analystes, l'accord STMicro/Nokia va clairement intensifier la concurrence sur le marché des chipsets 3G (WCDMA) où Qualcomm et Ericsson sont les principaux fournisseurs.

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique