Retour en haut

Actualité électronique

PARTARGER CET ARTICLE :

Micro électronique : une alliance à 100 millions

22/04/2004 08h33, par LeFigaro.fr

Face à la concurrence de plus en plus forte dans l'industrie de la microélectronique, aux cycles qui s'accélèrent et aux risques accrus de délocalisation, les acteurs de la recherche privée et publique de ce secteur important en région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) ont pris conscience qu'ils devaient s'allier et mutualiser leurs moyens. L'objectif est d'être plus performants, de sécuriser les 10 000 emplois de la filière de la région et donner une nouvelle impulsion au secteur. Le Centre intégré de microélectronique (CIM) est en train de naître. Il a reçu la bénédiction du gouvernement lors du comité interministériel d'aménagement du territoire du 18 décembre dernier, ce qui doit déboucher sur un financement public de 40 à 50% des 100 millions d'euros sur trois ans budgétés pour la mise en place du CIM Paca.

«Le projet est très complexe à mettre en oeuvre», souligne Daniel Bois, président du comité stratégique provisoire, qui travaille actuellement sur les structures juridiques et les conventions liant les différents partenaires. L'idée est de mutualiser les moyens en hommes et en machines des laboratoires de recherche publics et de la centaine d'entreprises du secteur. Pour l'heure, une cinquantaine d'acteurs participe à CIM Paca dont une quarantaine d'entreprises, parmi lesquelles les poids lourds de la filière comme STMicroelectronics, Atmel ou Gemplus. Trois plates-formes de ressources mutualisées se mettent en place : avec la mission de diminuer le temps de cycle des produits grâce à la mise à disposition des outils les plus avancés d'analyse et de validation, réduire la durée et le coût de développement des technologies d'intégration de systèmes sur puces et mettre sur le marché des produits innovants sécurisés.

«Nous n'avons pas la volonté de concurrencer Grenoble mais d'en être complémentaire en nous spécialisant vers l'aval alors que Grenoble est plutôt dans l'amont», commente Daniel Bois. Si le CIM Paca est une réussite, il devrait permettre à la région de conquérir «le leadership mondial dans les systèmes et objets communicants sécurisés»

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique