Retour en haut
La publicité est notre seule source de revenu.
Si vous appréciez lelectronique.com, désactivez votre bloqueur de pub. Merci à vous ! En savoir plus.

Intel à l'assaut des mobiles et de l'électronique grand public

06/01/2006 19h24, par Lexpanssion

Le premier fabricant mondial de microprocesseurs a annoncé sa nouvelle stratégie au Consumer Electronics Show de Las Vegas. La micro-informatique ne sera plus au coeur de sa stratégie. Intel doit être présent dans les appareils mobiles et les loisirs numériques.
La présentation de Paul Otellini, président d'Intel, au Consumer Electronics Show de Las Vegas a été bien plus que la description habituelle des nouveaux produits, axes stratégiques et marketing. Elle marque aussi une inflexion radicale pour ne pas dire brutale par rapport au cap suivi jusque là par les deux derniers patrons du groupe, Craig Barrett et Andy Grove.


Le géant mondial des microprocesseurs déclare en en effet ne plus se satisfaire de ses « simples » atouts sur son marché d'origine : la micro-informatique. Il lui faut accroître sa présence sur certains pôles, ou aller chercher de nouveaux espaces de croissance : dans l'électronique grand-public, les télécommunications, la téléphonie mobile, la santé. Et ne plus se contenter de concevoir et de fabriquer des microprocesseurs dédiés uniquement aux PC. Il veut également élargir cette maîtrise non seulement à toute une gamme de composants, mais également aux logiciels. C'est d'ailleurs tout l'enjeu de la « plate-forme » présentée à l'occasion du salon américain. Baptisée Viiv, celle-ci est conçue autour des nouveaux microprocesseurs bi-cœur basse consommation d'Intel, les Core Duo et Core Solo, et a vocation à équiper l'appareil au centre des médias du salon. Sorte de « hub » multimédia permettant de jouer à des jeux vidéos sur l'écran de télévision haute définition tout en utilisant en même temps, sur d'autres appareils, divers programmes - gérés à distance par l'ordinateur – comme un film, de la musique ou la navigation sur Internet.

« C'est une révolution rendue possible grâce aux capacités accrues du processeur, à l'interopérabilité entre les appareils électroniques, au haut débit et au sans fil WiFi », a martelé Paul Otellini. C'est aussi et peut-être surtout une planche de salut incontournable pour le géant américain. Au cours des trois derniers exercices, le chiffre d'affaires a enregistré une croissance de 13%. Les analystes sont plus circonspects cette année, et tablent sur une croissance de 7% à 42,2 milliards de dollars. Même constat en ce qui concerne le résultat net : les analystes ne parient guère plus que sur un modeste 5% de croissance quand la vitesse de croisière annuelle était de 40% pendant les trois derniers exercices.

Pour autant, ce n'est pas la première fois que la firme de Santa Clara tente de s'implanter en territoire étranger. Sous l'ère Barrett, le groupe avait fait déjà quelques annonces tonitruantes portant sur le développement et la commercialisation d'équipements autres que micro-informatiques, certains sous son propre logo. Des diversifications à chaque fois abandonnées discrètement, Intel n'ayant jamais vraiment eu la conviction de s'écarter de son cœur de métier. D'autant qu'il s'est heurté sur ces nouveaux marchés à des concurrents autrement plus nombreux et puissants que dans le domaine du PC. Cette fois-ci, Intel arrive avec le soutien de plusieurs partenaires issus du monde des contenus, notamment AOL, DirecTV ou NBC. Paul Otellini n'est pas un ingénieur, contrairement à ses pairs. Mais il a le soutien intégral de son prédécesseur, Craig Barrett. La firme américaine est sans doute à un tournant de son histoire. Comme en témoigne le nouveau logo d'Intel, "Leap ahead", et l'intense campagne marketing - 2,5 milliards de dollars, selon BusinessWeek - pour faire connaître au monde entier les nouveaux credo du géant californien : être partout.

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique

A lire aussi