Retour en haut
La publicité est notre seule source de revenu.
Si vous appréciez lelectronique.com, désactivez votre bloqueur de pub. Merci à vous ! En savoir plus.

Une nouvelle batterie révolutionne la voiture électrique

10/12/2007 18h01, par News.fr

Transports - Le Separion pourrait assurer le succès des véhicules électriques. C'est ce que croit Li-Tec, entreprise allemande à l'origine de la membrane qui réduit le risque d'explosion des batteries au lithium. Le procédé existe pourtant depuis 2 ans.

Bien que prometteuses, les voitures électriques souffrent de nombreux défauts. Batteries trop lourdes, avec une faible autonomie, difficiles à recharger, voire explosives. Des lacunes qu'aucun constructeur n'est jusque-là parvenu à totalement combler. Même si de gros progrès ont permis l'émergence d'une nouvelle génération de batteries plus légères et plus puissantes. Des industriels asiatiques, dont Toyota et ses voitures hybrides, et des entreprises françaises sont en pointe sur le sujet.

Mais les batteries lithium-ion de la firme Li-Tec pourraient changer la donne. « 30% moins volumineuses que celles de Toyota », elles « permettent de rouler trois fois plus longtemps pour le même poids que les modèles français », affirme Tim Schäfer, cadre de l'entreprise située à Kamenz dans l'est du pays.

Si bien que « toutes les bases sont aujourd'hui réunies » pour fabriquer des voitures électriques performantes, estime-t-il. Un avis partagé par Bosch. « C'est un pas pour faire des voitures totalement électriques », déclare ainsi un porte-parole de l'industriel allemand. Pourtant au premier coup d'oeil, le "Separion", c'est le nom de cette batterie, n'a rien de spectaculaire. Il se présente sous la forme d'une poche argentée, rectangulaire, au design travaillé. À l'intérieur, deux électrodes en lithium baignent dans l'électrolyse.

Premiers modèles d'ici 5 à 10 ans

C'est le principe des batteries lithium-ion, considérées à ce jour comme les plus performantes, notamment pour rouler à l'électricité. Seul risque, et non des moindres, elles risquent d'exploser en cas de surchauffe. Et c'est là qu'intervient le savoir-faire de Li-Tec. Cette entreprise qui fait partie dans un consortium regroupant notamment le constructeur Volkswagen ou l'équipementier automobile Bosch, a inventé une membrane en céramique très flexible, qui s'enroule comme une feuille de papier et permet « une plus grande stabilité thermique ».

« Imaginez une fête d'annniversaire : une bougie tombe sur la nappe qui prend feu ! Pour l'éteindre, vous utilisez soit une feuille de plastique qui va fondre, soit une matière qui ne peut pas brûler. C'est cela le Separion ! C'est une vraie rupture technologique », affirme Felix von Borck, directeur d'Akasol, un centre de recherche spécialisé de Darmstadt. « Il s'agit d'un apport crucial au succès des batteries lithium-ions », ajoute-t-il. Et donc à l'avenir des voitures électriques.

De là à ce qu'on roule tous à l'électrique d'ici quelques mois, il y a un gouffre. « Tout seul, le Separion n'apporte rien, concède Felix von Borck. Ce n'est que de la technologie. Après, il faut trouver quelqu'un qui la fabrique ». La preuve, il existe déjà depuis deux ans... Mais ce n'est que maintenant qu'il fait parler de lui, à la faveur des débats sur les émissions de CO2 et la hausse du prix du pétrole.

Et il lui faudra encore vaincre bien des scepticismes. Certains industriels développent des modèles concurrents, d'autres ne cachent pas leur hostilité. « BMW a développé des projets dans les années 1990 », rapporte ainsi un porte-parole du constructeur. Et d'ajouter : « Aujourd'hui, il y a certes quelques progrès. On pense que la première série de voitures électriques pourrait arriver d'ici 5 à 10 ans. Mais il s'agit d'un marché de niche pour des petites voitures de ville. En aucun cas de "la" solution aux problèmes de mobilité ».

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique

A lire aussi