Retour en haut

Actualité électronique

PARTARGER CET ARTICLE :

Un robot chirurgien dans l'espace

14/05/2007 18h09, par News.fr

Robotique - La NASA teste actuellement des machines permettant de réaliser des interventions à distance sur des astronautes. Une garantie supplémentaire au succès d'une mission.

Pouvoir opérer - depuis la Terre - des patients dans l'espace, telle est la finalité de Raven et de M7. Ces deux robots mobiles de téléchirurgie ont été respectivement mis au point par le laboratoire BioRobotics de l'Université de Washington, et par SRI International. C'est pour étudier la faisabilité et les difficultés inhérentes aux interventions chirurgicales dans l'espace que les deux machines sont testées en situation proche des conditions réelles. Des tests réalisés jusqu'au 18 mai, dans le cadre de la 12e mission NEEMO (NASA Extreme Environment Mission Operations) de la NASA.


Comme souvent lorsqu'il s'agit de reproduire les conditions de déplacement dans l'espace, l'expérimentation en cours se fait dans l'eau. En l'occurrence, les essais sont réalisés par 18 mètres de fond, au large de la Floride, à bord du laboratoire sous-marin Aquarius qui permet de simuler l'habitacle de la Station Spatiale Internationale. A l'intérieur, six personnes - des astronautes, des techniciens et des chirurgiens - sont chargées pendant 12 jours d'évaluer, à l'aide de faux patients, les deux robots chirurgiens.

Le test comporte plusieurs opérations fictives, comme la pose de points de suture. Pour Raven par exemple, les deux bras robotisés sont télémanipulés par trois chirurgiens basés à Seattle, à plus de 4 000 km de distance du robot. Les instructions des praticiens ainsi que les images du patient fictif transitent d'abord par Internet, puis par une connexion sans fil jusqu'à une bouée proche du laboratoire, et enfin par un câble sous-marin.


Améliorer les soins des astronautes

La mission est aussi l'occasion de démontrer la polyvalence des équipements. Lors des premiers essais, une géologue a par exemple utilisé Raven pour manipuler à distance des échantillons lunaires simulés. « Cette expérience démontre qu'on peut se servir d'un même équipement robotique pour différentes utilisations », explique les responsables de NEEMO. « Elle confirme aussi qu'il est possible de manipuler des échantillons extraterrestres en évitant toute contamination humaine. Enfin, elle montre que des équipes scientifiques peuvent effectuer des traitements à distance la nuit, pendant que l'équipage dort ».

L'intervention chirurgicale à distance n'est pas le principal obstacle à surmonter pour la NASA. Les techniques existent. En 2001, le professeur français Jacques Maresquaux avait réalisé une première en opérant une patiente à Strasbourg, alors que lui se trouvait à New York. La difficulté majeure réside plutôt dans le contexte environnemental de l'opération. Elle doit pouvoir se faire dans l'espace, en apesanteur.

« La mission aidera les chirurgiens à surmonter le problème du temps de latence lors des communications interplanétaires », explique la NASA. L'agence spatiale américaine assure que « des technologies utilisant des dispositifs robotiques automatisés, guidés par des chirurgiens, seront à même d'améliorer les soins médicaux apportés aux astronautes, lors des futures missions à destination de la Lune et de Mars ». Sur Terre, Raven pourrait aussi trouver son application dans les zones de guerre pour opérer à distance des soldats blessés.

 

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique