Retour en haut

Actualité électronique

PARTARGER CET ARTICLE :

Sony Ericsson optimiste après un bon 1er trimestre

13/04/2006 18h48, par Reuters

Sony Ericsson, cinquième constructeur mondial de téléphones portables, a publié un bénéfice imposable trimestriel plus que doublé, nettement supérieur aux attentes, et il a présenté des perspectives optimistes pour le marché mondial en 2006.

Deux jours après l'annonce par le numéro un Nokia d'un prix de vente moyen meilleur que prévu sur les trois premiers mois de l'année, la filiale commune du japonais Sony et du suédois Ericsson a souligné connaître une croissance forte sur tous les segments, dans les pays émergents comme sur les marchés plus mûrs.

Le groupe a dégagé au premier trimestre un bénéfice avant impôt de 151 millions d'euros, représentant 7,5% du chiffre d'affaires, contre 70 millions au premier trimestre 2005 et 135 millions attendus en moyenne par les analystes interrogés par Reuters.

"La croissance du marché mondial des combinés a continué de dépasser les prévisions antérieures et Sony Ericsson prévoit maintenant que le marché mondial sera supérieur à 900 millions d'unités", ajoute-t-il dans un communiqué.

"Notre prévision précédente était d'une croissance de 10% par rapport à des volumes 2005 estimés à environ 780 millions d'unités", a-t-il rappelé. Sa nouvelle prévision se rapproche de la dernière en date présentée par Nokia, qui ressort à 914 millions de combinés.

Des cabinets d'études spécialisés tels que Gartner et Strategy Analytics estiment que le marché mondial a atteint 810 millions d'unités environ l'an dernier.

Miles Flint, le président de Sony Ericsson, a expliqué lors d'une téléconférence que la croissance avait concerné tous les marchés ces derniers mois.

"Nous augmentons notre chiffre d'affaires et notre part de marché sur des marchés qui sont eux-même en croissance", a-t-il dit.

Sony Ericsson expliqué avoir bénéficié de l'enrichissement de son portefeuille de produits, marqué notamment par le lancement de téléphones-baladeurs, d'un combiné à clapet à bas prix et de modèles haut de gamme destinés aux principaux opérateurs japonais.

SATISFAIT DE SA CINQUIEME PLACE

Le chiffre d'affaires trimestriel s'est élevé à 1,99 milliard d'euros contre 1,29 milliard un an plus tôt et un consensus de 1,87 milliard.

Le fabricant a vendu 13,3 millions de combinés sur la période, soit 41% de plus que sur les trois premiers mois de 2005, enregistrant une croissance supérieure à celle de l'ensemble du secteur. Par rapport au quatrième trimestre, habituellement le meilleur de l'année pour les constructeurs, les volumes ont toutefois diminué de 17%.

Les analystes tablaient en moyenne sur 13,1 millions d'unités vendues au premier trimestre.

Le prix de vente moyen (ASP) de Sony Ericsson, critère clé de la rentabilité du secteur, a lui augmenté de 4% à 149 euros par rapport au quatrième trimestre de l'an dernier, grâce au poids croissant du haut de gamme, une conséquence des accords de fourniture à KDDI et NTT DoCoMo au Japon.

"Les résultats sont un peu meilleurs qu'attendu mais cela n'aura qu'un impact limité sur Erisson. La hausse de l'ASP était attendue après l'annonce de Nokia plus tôt dans la semaine", a commenté Jan Ihrfelt, analyste de Swedbank à Stockholm.

Le groupe finlandais a annoncé mardi que ses téléphones s'étaient vendus, sur les trois premiers mois de l'année, au prix unitaire moyen de 103 euros, contre 99 euros prévu en janvier et 110 euros l'an dernier sur la même période.

Sony Ericsson affiche un prix moyen supérieur à celui de Nokia car il n'est entré que récemment sur le segment d'entrée de gamme.

Flint a précisé que la hausse du prix de vente moyen de Sony Ericsson ne se poursuivrait probablement pas durant toute l'année.

Il a ajouté que Sony Ericsson était satisfait de sa place au classement mondial des constructeurs, dont le trio de tête reste composé de Nokia, Motorola et Samsung Electronics.

"Nous ne considérons pas qu'elle soit bloquée dans le sens où la chasse aux parts de marché n'a jamais en soi un objectif prioritaire", a-t-il dit.

La part de marché du groupe devrait avoisiner six ou 7% sur le premier trimestre mais elle pourrait augmenter sur l'année, a-t-il poursuivi, avant de noter que, dans certains pays, cette part était supérieure à 10%.

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique