Retour en haut

Puces electroniques : du plastique pour remplacer le silicium

25/01/2005 07h39, par ADIT

Une equipe de l'institut des cellules organiques solaires de l'universite Johannes Kepler de Linz developpe actuellement un transistor en plastique.
Ce transistor dit transistor organique a effet de champ (TOEC) offre de nombreuses possibilites d'application. Il devrait rapidement remplacer le transistor en silicium, composant de base des puces electroniques. En effet, le silicium habituellement utilise pour fabriquer des puces electroniques coute relativement cher. De plus, c'est un materiau rigide. Avec les transistors en plastique moins chers et plus simples a utiliser, il sera par exemple possible d'equiper les vetements de puces electroniques qui permettront entre autre de telephoner ou encore de s'orienter. Le transistor a effet de champ est le composant de base des microprocesseurs. Il est compose d'un semi-conducteur, le drain sur lequel on fixe deux electrodes.
Un transistor a effet de champ adopte schematiquement deux positions.
Suivant la tension appliquee, soit il laisse passer le courant (position 1), soit il le stoppe (position 0). C'est le principe de base du langage binaire qui permet de stocker des donnees informatiques sous forme de bits, succession de 0 et de 1. Dans un ordinateur classique, ces transistors sont en silicium. Les puces electroniques composees de transistors en silicium sont rigides et reviennent relativement cher. Dans les TOEC, le silicium est remplace par un nouveau plastique moins cher et qui permet egalement de creer des puces electroniques souples qui pourront etre integrees dans les matieres textiles. Le travail mene par l'institut des cellules organiques solaires de l'universite Johannes Kepler de Linz s'inscrit dans le projet Cluster du fonds autrichien a la recherche scientifique (Forderung den wissenschaftlicher Forschung, FWF) qui coordonne le travail de plusieurs laboratoires universitaires de Linz. Le docteur Niyazi Serdar Sariciftci, directeur de l'institut des cellules organiques solaires, souhaiterait egalement "mettre en place un partenariat avec l'industrie afin que les decouvertes de notre laboratoire de recherche fondamentale sur les TOEC puissent rapidement aboutir a des applications industrielles".
Les premiers resultats de ces recherches ont deja ete publies dans une revue specialisee internationalement reconnue comme les "Chemical Physics Letters".

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique

A lire aussi