Retour en haut
La publicité est notre seule source de revenu.
Si vous appréciez lelectronique.com, désactivez votre bloqueur de pub. Merci à vous ! En savoir plus.

Le groupe japonais d'électronique Sanyo supprime 14 000 emplois

06/07/2005 10h14, par LeFigaro.fr

Sanyo va supprimer 14 000 emplois, soit 15 % de ses effectifs, au Japon comme dans ses centres de production à travers le monde.

Annoncée mardi 5 juillet, la décision du groupe japonais d'électronique grand public, qui emploie plus de 96 000 personnes, s'inscrit dans le cadre d'un vaste plan de restructuration. Programmé sur trois ans, il doit lui permettre de dégager un profit opérationnel de 5 % du montant de ses ventes en mars 2008. Sa mise en oeuvre correspond à l'arrivée, mardi, à la tête du groupe d'une nouvelle équipe dirigeante réunissant l'ancienne journaliste de télévision Tomoyo Nonaka, dont la nomination a beaucoup surpris, et l'ancien vice-président Tochimasa Iue.

Ce plan de restructuration était très attendu. Au terme de l'exercice fiscal 2004 clos fin mars, Sanyo a accumulé une perte nette de 171 milliards de yens (1,3 milliard d'euros) pour un chiffre d'affaires de 2 495 milliards de yens (18 milliards d'euros). La situation a atteint un tel niveau que le groupe a dû renoncer à distribuer des dividendes pour la première fois depuis son introduction en Bourse, en 1954, et prévoit de nouveaux déficits pour l'année fiscale 2005, estimés à 92 milliards de yens (692 millions d'euros).

Les difficultés actuelles seraient en partie dues à la dégradation de la situation sur le marché des produits numériques. Sanyo tire l'essentiel de ses revenus de la production et la vente de piles, de semi-conducteurs et d'appareils photos numériques. En mars 2004, le fabricant prévoyait 16 milliards de yens (120 millions d'euros) de bénéfices pour les douze mois à venir et envisageait la vente de 18 millions d'appareils photos numériques.

Mais, tout au long de l'année 2004, les prix et ventes de ces produits n'ont cessé de se tasser, contraignant le groupe à pas moins de trois révisions à la baisse de ses prévisions de bilan. En mars 2005, il n'avait vendu que 11 millions d'appareils photo et les résultats étaient déficitaires.



DÉFICIT D'IMAGE

Outre ce contexte conjoncturel délicat, Sanyo a subi les conséquences du violent tremblement de terre de Niigata d'octobre 2004. Le séisme a endommagé un important centre de production de semi-conducteurs, engendrant des dégâts estimés à 80 milliards de yens (602 millions d'euros).

Plusieurs analystes considèrent que Sanyo fait face à un déclin relatif de son modèle économique. Au cours des années 1990, souffrant d'un déficit d'image face à ses concurrents Sony ou Pioneer, il avait tiré profit du développement du marché numérique en devenant sous-traitant d'autres fabricants.

Aujourd'hui, Sanyo se voit contraint de repenser sa stratégie, en commençant par se séparer de ses activités non rentables. Le groupe mise beaucoup sur les produits liés à l'environnement, comme les piles photovoltaïques ou les batteries destinées aux véhicules hybrides, pour se relancer.

Néanmoins, ces activités ne devraient pas lui permettre de dégager des bénéfices avant 2010. En attendant, le plan annoncé mardi prévoit que Sanyo dépense 90 milliards de yens (677 millions d'euros) cette année dans les opérations de restructuration.

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique

A lire aussi