Retour en haut
La publicité est notre seule source de revenu.
Si vous appréciez lelectronique.com, désactivez votre bloqueur de pub. Merci à vous ! En savoir plus.

La puce rivalise avec le super-ordinateur

13/03/2007 13h31, par L'Usine Nouvelle

Le fabricant américain de microprocesseurs Intel a mis au point un prototype de puce doté de 80 processeurs. Les applications concernent aussi bien les logiciels de simulation climatique que les jeux vidéo.
 Un super-ordinateur de la taille d'un ongle. La dernière-née des puces d'Intel, Polaris, affiche des performances dignes des calculateurs des laboratoires de recherche. D'une surface double de celle du microprocesseur d'un PC actuel, ce prototype est capable d'effectuer mille milliards d'opérations par seconde (téraflop) et ne consomme en outre guère plus que le processeur d'un classique PC (62 watts). En 1995, Intel avait déjà développé un supercalculateur d'une vélocité comparable, mais il s'étalait sur 230 mètres carrés et consommait... 500 000 watts. L'architecture de Polaris , présentée le 12 février dernier lors de la conférence Integrated Solid State Circuits de San Francisco (Etats-Unis), illustre la nouvelle stratégie des fabricants de micro- processeurs.

Pour diminuer les effets - surchauffe et augmentation de la consommation d'énergie - d'une miniaturisation toujours plus importante, IBM, Sun Microsystems, AMD et Intel se sont en effet orientés vers un nouveau type d'architecture, dite multicoeur. La puce n'est plus composée d'un circuit de calcul unique, mais d'une série de processeurs de base qui prennent chacun en charge une partie des calculs. Les PC en vente aujourd'hui sont généralement équipés de puces à double coeur.


1,3 million de transistors sur chaque coeur
 
L'architecture de Polaris, elle, va beaucoup plus loin : elle contient 80 processeurs. Mesurant trois millimètres carrés chacun, ils ont été fabriqués par l'usine irlandaise d'Intel avec une finesse de gravure de 65 nanomètres, contre 90 ou 120 nanomètres pour les puces actuelles. Une performance qui a permis de graver près de 1,3 million de transistors sur chaque coeur et de porter leur fréquence de fonctionnement à 3,2 gigahertz.

A l'état de prototype, la nouvelle puce d'Intel n'a pas vocation à être commercialisée. Mais elle prouve que des processeurs de plusieurs dizaines de coeurs sont réalisables. En outre, à condition que les développeurs adaptent leurs logiciels aux calculs parallèles, elle ouvre la voie à des applications aussi bien professionnelles que grand public. Premières visées, celles qui nécessitent une importante puissance de calcul telles l'intelligence artificielle, les simulations climatiques ou les modélisations des transactions financières. Les logiciels s'appuyant sur l'analyse de lourdes bases de données, comme les systèmes de reconnaissance d'individus en temps réel, pourraient également être optimisés.

Côté grand public, les jeux vidéo figurent au premier rang des bénéficiaires potentiels. Les joueurs, modélisés en trois dimensions, seraient intégrés sous leur apparence physique aux séquences du jeu. Des caméras pourraient aussi capter leurs mouvements et les retranscrire à l'écran, rendant obsolètes les manettes de jeu.

Réagir sur cette actualité d'électronique

Nos partenaires shopping


  • Webdistrib
  • Fnac

Actualité électronique

A lire aussi