Retour en haut

Intel fait preuve de finesse

10/02/2006 20h26, par 01net

Le fondeur reste fidèle à la loi de Moore. Il a dévoilé récemment sa première puce gravée en 45 nanomètres, pour une production en masse prévue pour 2007.


L' augmentation de la puissance des ordinateurs est-elle sans fin ? Intel vient d'en faire une nouvelle démonstration. Edictée en 1965, puis reformulée en 1980, la loi de Moore stipule que le nombre de transistors composant les microprocesseurs double environ tous les dix-huit mois - on dit plutôt tous les deux ans à présent.

Or, pour mettre plus de transistors sur une galette de silicium, il faut forcément avoir une gravure plus fine. Une opération délicate, d'autant que l'on est déjà à des niveaux de finesse confinant à l'infinitésimal. Premier à avoir produit en masse des processeurs gravés en 65 nanomètres (soit 0,65 micron, ou encore 65 milliardièmes de mètre), Intel est à ce jour dans le peloton de tête.

Le fondeur a dévoilé, le 25 janvier dernier, la première puce gravée en 45 nanomètres. Uniquement destinée à démontrer la validité du processus de fabrication, la puce produite est une mémoire vive SRam (Static Random Access Memory) gravée sur un wafer (une plaquette de silicium) de 300 mm de diamètre et ne contenant pas moins d'un milliard de transistors sur une surface de 119 mm 2 .

Ce pas en avant tend à démontrer qu'Intel sera en mesure, dès 2007, de lancer la production industrielle de processeurs à 45 nanomètres (les processeurs de son concurrent AMD sont aujourd'hui gravés en 90 nanomètres). Mais qu'y gagne-t-on réellement ? Selon Intel, la consommation d'énergie de ces puces serait particulièrement optimisée, avec un gaspillage d'énergie cinq fois moindre par rapport aux processeurs actuels.

Moins dispendieux en énergie, et donc chauffant moins, ces processeurs sont particulièrement adaptés aux ordinateurs portables. On peut donc s'attendre à un accroissement sensible de leur autonomie, ainsi qu'à une augmentation de leur puissance. Gordon Moore peut donc se rassurer : quarante ans après, sa loi reste valable.

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique

A lire aussi