Retour en haut

Actualité électronique

PARTARGER CET ARTICLE :

Intel abaisse ses objectifs trimestriels

06/03/2006 11h20, par Reuters

Intel a abaissé sa prévision de chiffre d'affaires en raison d'une demande plus faible que prévu et d'une perte de part de marché au profit de son rival Advanced Micro Devices.

Le numéro un mondial des semi-conducteurs attend désormais un chiffre d'affaires compris entre 8,7 et 9,1 milliards de dollars au premier trimestre, au lieu d'une estimation antérieure de 9,1 à 9,7 milliards, à comparer à un consensus Reuters Estimates de 9,4 milliards.

Intel réaliserait ainsi un chiffre d'affaires décevant pour le deuxième trimestre d'affilée. En janvier, le groupe avait publié un CA inférieur aux attentes pour le quatrième trimestre.

AMD, bien plus petit d'Intel, a rattrapé son retard technologique sur le leader ces dernières années, en particulier avec ses microprocesseurs utilisés dans les serveurs des entreprises.

Les analystes estiment que les difficultés avancées par Intel, dont les processeurs équipent 90% des ordinateurs dans le monde, sont inhérentes au groupe lui-même et non pas révélatrices d'un ralentissement plus global du secteur technologique.

Eric Ross, analyste chez ThinkEquity, estime que la perte de parts de marché marque le début des difficultés pour Intel.

"Le prochain trimestre va être aussi difficile et les pertes de parts de marché vont continuer", estime Ross, qui recommande l'action Intel à "vendre" depuis deux semaines. "AMD grignote des parts de marché sur un certain nombre de fronts - dans les serveurs, où il a réalisé la plus grande partie de ses gains de PDM à ce jour, mais il effectue aussi une percée dans les ordinateurs de bureau et les portables".

Le groupe de Santa Clara, en Californie, estime que la révision en baisse de son chiffre d'affaires devrait affecter sa marge brute.

Certains analystes soulignent qu'il est de notoriété publique qu'Intel rencontre des problèmes de stocks et abandonne des parts de marché à AMD.

"Ce n'est pas du tout une surprise (...). Nous remarquons une faiblesse de la demande finale depuis début janvier et une accumulation des stocks et je pense que ceci explique cela", note Apjit Walia, analyste chez RBS Capital Markets. "Ils voient leurs parts de marché leur échapper".

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique