Retour en haut

Actualité électronique

PARTARGER CET ARTICLE :

De plus en plus d'électronique au secours de la sécurité routière

27/09/2004 18h28, par LeFigaro.fr

Le Mondial de l'automobile qui vient d'ouvrir ses portes à Paris est aussi l'occasion pour les constructeurs d'exposer leurs innovations en matière de sécurité routière. Car malgré une baisse du nombre des tués de l'ordre de 21% entre 2002 et 2003, quelque 5 731 personnes ont encore trouvé la mort sur les routes l'an dernier.

Les constructeurs avaient déjà généralisé ces dernières années l'airbag, l'antiblocage de freins (ABS), les systèmes antipatinage (Traction Control System), le contrôle de trajectoire ESP (Electronic Stability Program) qui combine ABS et TCS, puis l'aide au freinage d'urgence BAS (Brake Assist System). Il restait apparemment encore beaucoup à faire.

Parmi les nouveautés en vogue cette année, Citroën lance ainsi en exclusivité l'alerte de franchissement involontaire de ligne (Afil). Ce système détecte un changement de file si le clignotant n'est pas actionné. Le conducteur est alerté par un vibreur placé à l'intérieur du siège, du côté correspondant au franchissement de la ligne, et peut alors réagir rapidement. De plus, de nouveaux types d'éclairage au xénon (qui double la visibilité) et des feux additionnels de virages, qui permettent d'agrandir le champ de vision, sont mis en place sur certains nouveaux véhicules. Lorsque la voiture aborde un virage, le faisceau lumineux en éclaire l'intérieur. Ce système revêt une importance toute particulière quand on sait que 40% des accidents se produisent la nuit.

De nombreuses marques proposent bien sûr des limiteurs électroniques de vitesse. De même, il existe désormais sur certains véhicules des systèmes de surveillance de pression des pneus (SSPP), des caméras avant de vision à 180°, des caméras arrière pour aide au stationnement (Toyota), des systèmes BLIS (Blind Spot Information System) qui, grâce à des caméras placées sous les rétroviseurs latéraux, détectent la présence d'un véhicule dans l'angle mort et déclenchent un témoin lumineux visible par le conducteur (Volvo).

L'aspect sécuritaire séduit de plus en plus les acheteurs et enrichit les arguments de vente des constructeurs... mais comporte en contrepartie le risque de réduire l'attention du conducteur désormais trop sûr de rouler en toute sécurité. Tous les spécialistes, en effet, vous le diront : les systèmes mis en place dans les automobiles sont simplement une aide apportée au conducteur. La sécurité passe d'abord par la maîtrise de soi et par une constante vigilance.

Quels que puissent être leurs défauts et leur coût, le gouvernement aimerait voir se généraliser ces systèmes d'aide à la conduite. Selon Jean-Marc Blosseville, directeur de recherche à l'Institut national de recherche sur les transports et la sécurité (Inrets), il est souvent difficile d'imposer de nouveaux outils aux automobilistes. «Cependant, tempère-t-il, c'est comme la ceinture de sécurité : les gens y étaient d'abord très défavorables, avant de finir par l'accepter comme une évidence.»

Réagir sur cette actualité d'électronique

Actualité électronique